Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PROFESSIONNELS


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


Education coeur 027642812

 

Le risque global

La maladie coronarienne est plurifactorielle, c'est-à-dire que divers « facteurs de risque » peuvent favoriser son apparition. Dans les années 50, l'étude américaine de Framingham a révélé l'existence de 3 facteurs de risque majeurs et modifiables - le tabagisme, l'hypertension artérielle et l'hypercholestérolémie - associés à des facteurs non modifiables- le sexe, l'âge, l'hérédité et le diabète. Plus récemment, l'étude internationale Interheart a démontré que le risque d'infarctus du myocarde est effectivement conditionné par ces facteurs de risque auxquels sont venus s'ajouter quelques autres - l'obésité abdominale et le stress psycho-social, notamment. De plus, cette étude a également démontré que l'association de ces facteurs de risque a un effet non pas additif mais multiplicateur, c'est-à-dire que la probabilité d'un infarctus augmente de façon considérable quand, par exemple on cumule la cigarette et une hypertension artérielle avec une obésité abdominale…

C'est la raison pour laquelle, après avoir insisté sur l'importance relative de chacun de ces facteurs de risque, nous recommandons actuellement de prendre en compte l'ensemble des facteurs de risque présents chez un individu, même s'ils ne s'y trouvent pas à un niveau très élevé. En effet, le risque d'un infarctus est moins élevé chez une femme jeune qui a un taux sanguin de cholestérol à 280 mg/dl à l'exclusion de tout autre facteur de risque que chez un homme d'âge moyen qui a un taux de cholestérol de 210 mg/dl mais qui fume 10 cigarettes par jour et qui a une tension artérielle de 15/9 !

Le principe est donc de traiter, non pas un taux de cholestérol ou un chiffre de pression artérielle, mais l'individu dans sa totalité en essayant de le convaincre de la nécessité de corriger l'ensemble de ses facteurs de risque. Les recommandations européennes ont établi un ordre de priorité pour décider quelles sont les personnes qui ont besoin de mesures préventives énergiques telles que des modifications drastiques d'habitudes de vie et, si nécessaire traitements médicamenteux : d'abord les malades qui ont déjà souffert d'un accident cardiovasculaire et les diabétiques, ensuite ceux qui sont apparemment sains mais qui ont un niveau élevé de risque cardiovasculaire global.

 Pour calculer ce risque global, nous disposons à l'heure actuelle de « tables »  telle que la table européenne « SCORE » qui a été spécifiquement adaptée à la population belge. C'est un moyen simple et rapide de calculer la probabilité d'une maladie cardiovasculaire mortelle dans les 10 ans à partir de 5 caractéristiques : le sexe, l'âge, le statut tabagique, la tension artérielle et le taux de cholestérol.(cfr ci-dessous).  Bien entendu, cette table Score ne regroupe que quelques uns des nombreux facteurs de risque et votre médecin se basera sur son expérience et son bon sens clinique pour vous conseiller dans le choix d'habitudes de vie saine. A cet égard, 3 conseils sont de toute façon essentiels : ne pas fumer, adopter une alimentation équilibrée comme l'alimentation méditerranéenne et marcher au moins ½ heure par jour. Après un accident cardiovasculaire, les mêmes conseils restent de mise, mais le médecin prescrira en outre plusieurs médicaments ayant fait la preuve de leur degré élevé de cardioprotection.

Professeur Chr. Brohet.


TABLE D'EVALUATION DU RISQUE CARDIOVASCULAIRE

voir aussi le PDF du Risque cardio global
risque cardiovasculaire

 

 
Saint-Luc Fondation Saint-Luc