Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PROFESSIONNELS


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


027642812

 

Le stress


Quelques définitions préliminaires :

  1. A l'origine, au sens physique, le stress désigne l'action ou la pression d'un corps sur un autre ayant pour effet de déformer celui-ci (exemple : une poutrelle métallique va se déformer lorsqu'elle doit supporter un poids de plus en plus élevé).
  2. Au début du XXème siècle, Cannon définit le stress comme une tension ou une contrainte nerveuse d'origine physique ou psychologique entraînant l'excitation du système adréno-sympathique (stress =  stimulus)
  3. Selye définit le stress comme un ensemble de réponses non-spécifiques de l'organisme à toute demande. Par définition, il ne peut être évité. C'est donc un syndrome, un ensemble général d'adaptation à une nouvelle situation.

Ce mécanisme général d'adaptation se décompose en trois phases :

  1. Réaction d'alarme (tous les systèmes sont mis en alerte) pour envisager la fuite ou le combat,
  2. Phase de résistance ou d'adaptation,
  3. Phase d'épuisement ou de décompensation (en cas de répétition intense des deux premières phases).

Quelles sont les sources de stress ?

  1. Au niveau de la société : processus économiques, mondialisation, modifications des valeurs, déclin des religions, progrès techniques, …
  2. Au niveau des organisations : organisation et conditions de travail, modifications des rôles au sein du couple, …
  3. Au niveau de la personne : fragilités personnelles liées à l'éducation, à l'expérience, à des traumatismes vécus récemment ou non, …
  4. Au niveau des évènements « existentiels » comme le décès d'un proche, un divorce, un mariage, un déménagement, la naissance ou le départ d'un enfant, une promotion, …

Quelles sont les conséquences du stress ?

  1. Conséquences physiques : bénignes comme la pâleur ou la transpiration, plus importantes comme la fatigue ou l'ulcère gastrique, graves comme l'infarctus ou des troubles digestifs importants.
  2. Sur le plan cardiovasculaire, c'est l'étude Interheart (publiée en 2004) qui a clairement démontré que le stress chronique  joue un rôle délétère et qu'à lui seul, il peut conduire à la crise cardiaque. Il n'en demeure pas moins que le stress interagit également avec les autres facteurs de risque cardiovasculaire.
  3. Conséquences comportementales : colère, irritabilité, impulsivité, énervement, rage,…
  4. Conséquences affectives : anxiété, dépression, …
  5. Conséquences cognitives : troubles de la mémoire, de la concentration, …

A l'extrême, peut apparaître le phénomène de « burn-out », état d'épuisement total, physique et mental.

Comment gérer son stress ?

  1. En éliminant les causes (quand c'est possible)
  2. Sur le plan physique : améliorer sa relation au corps par la relaxation, le sport, la sieste, la qualité du sommeil, de l'alimentation, …
  3. Sur le plan comportemental : ré-organiser son temps, établir des priorités, déléguer des tâches, trouver la capacité de dire « non », mettre des limites, chercher et obtenir de l'aide, …
  4. Sur le plan psychologique ou mental : mieux connaître nos émotions, nos fantasmes, nos croyances, nos cognitions et à partir de cette meilleure connaissance, y amener des modifications.
Stress

 

 
Saint-Luc Fondation Saint-Luc