Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PATIENT


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


Traitement endovasculaire

Qu'est-ce que l'artériographie ?

L'artériographie est une technique d'imagerie médicale dédiée à l'exploration et au traitement des artères en passant par l'intérieur de celle-ci.
Cet examen nécessite une hospitalisation minimale de 48 à 72heures.
Le jour de l'examen, votre patient devra rester à jeun (ni boire ni manger) durant les 6 heures qui précèdent la procédure. L'infirmière de l'unité de soins lui rasera les poils des plis inguinaux ou les poignets (endroit de ponction). Une perfusion intraveineuse est placée au niveau du bras.
Le principe de l'examen est basé sur l'injection d'un produit de contraste via une ponction artérielle et la visualisation de celle-ci grâce au rayon X. C'est pour cette raison qu'il sera important de signaler toute allergie à l'iode.

Quel est le but de l'examen ?
Cet examen à visée diagnostique a pour objectif d'identifier des pathologies vasculaires afin d'aider à un traitement ultérieur qu'il soit endovasculaire, chirurgical ou médicamenteux. C'est aussi une source d'informations utilisée avant une intervention chirurgicale afin de repérer précisément le trajet des vaisseaux. Au niveau artériel, on recherche des anomalies telles que des rétrécissements (sténoses) ou d'autres obstacles à l'écoulement du sang. On peut explorer les artères rénales, des membres etc.

Comment préparer au mieux votre patient à l'artériographie?

•     Signalez si votre patient est allergique à l'iode ou si il a des problèmes de thyroïde
•     Si votre patient prend du Sintron®, consultez le médecin, il est possible que celui-ci
soit arrêté 48 à 72h avant l'examen pour passer à des injections sous-cutanées.
•     48h avant l'examen, il lui sera demandé d'arrêter le Glucophage® et la Metformine®.
•     Si il a une insuffisance rénale, il sera important de bien l'hydrater avant  
l'examen. Demandez plus d'informations au médecin.
•     Certains anticoagulants ne doivent pas être arrêtés ! Avant d'arrêter un médicament,
téléphonez à votre chirurgien.

Comment se déroule l'examen ?
L'examen est réalisé en salle de cathétérisme ou au bloc opératoire.
L'appareillage peut paraître impressionnant. Le médecin respecte les mêmes règles de stérilité qu'au bloc opératoire, vu l'introduction de matériel stérile dans les artères.
Votre patient sera recouvert d'un drap stérile.
Pour réaliser l'examen, la voie d'accès est souvent dans l'artère fémorale droite (pli de l'aine).
Après avoir anesthésié l'endroit de ponction, le médecin place un tuyau appelé introducteur permettant le passage des sondes (cathéters). On ne coupe pas l'artère, on la ponctionne.
Afin de visualiser l'artères, un produit à base d'iode sera employé.
N'oubliez pas de signaler toute allergie aux médicaments ou autres produits (iode, aspirine, antibiotique...).
De manière générale, cet examen n'est pas douloureux. L'introduction de liquide de contraste à travers le cathéter crée une légère sensation de chaleur, réaction normale et limitée dans le temps.

Quelles sont les conclusions ?

1er cas : aucune anomalie n'est constatée, pas de traitement vasculaire.

2ème cas : des lésions sont observées, elles sont soit :
a) traitables par médicaments.
b) traitables par dilatation.
c) traitables par chirurgire vasculaire.

Le choix du traitement dépend de différents facteurs et résulte dans certains cas d'une concertation entre le patient, le chirurgien et le radiologue.

La dilatation des artères (angioplastie) :
En cas de dilatation artérielle, la voie d'accès reste la même que pour l'artériographie et peut se faire en même temps que celle-ci. Une sonde à ballonnet est introduite dans l'artère sténosée et gonflée au niveau du rétrécissement.
Lors du gonflement du ballon, votre patient pourra ressentir une légère sensation douloureuse qui ne durera que quelques instants et qui s'interrompra dès que l'on dégonflera le ballonet.
Dans certains cas, l'angioplastie est complétée par l'implantation d'un stent.


a. coronaire sténosée (débit sanguin réduit)
b. introduction du ballonnet de dilatation
c. gonflement du ballonnet
d. rétablissement du débit sanguin dans la coronaire

Mise en place d'un stent :
Dans certaines circonstances, le résultat n'est pas satisfaisant: une prothèse peut être alors placée dans l'artère. Cette prothèse, appelée stent, est un petit tube métallique grillagé, qui est déployé au niveau du rétrécissement et reste définitivement en place.
Après implantation d'un stent, un traitement particulier destiné à fluidifier le sang sera instauré et suivi pendant un mois.
L'artériographie et la dilatation artérielle peuvent exceptionneilement entraîner des complications.

Si vous souhaitez de plus amples informations, parlez-en à votre chirurgien !