Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PATIENT


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


 

Les valvuloplasties percutanées

QU'EST-CE QUE LE REMPLACEMENT VALVULAIRE AORTIQUE PERCUTANE PAR VOIE FEMORALE ?

cardioLa sténose dégénérative de la valve aortique est une pathologie très fréquente du sujet âgé qui entraîne angine de poitrine, décompensation cardiaque ou encore syncope, qui altère sévèrement l'espérance de vie (+/- 40% de survie à 2 ans) et dont le traitement classique est la chirurgie de remplacement valvulaire aortique. Cette intervention, qui nécessite ouverture du thorax, arrêt cardiaque et circulation extracorporelle, n'est malheureusement pas proposée à tous les patients, qui sont parfois jugés trop fragiles ou trop âgés pour bénéficier du  traitement conventionnel de leur maladie. C'est dans ce contexte qu'une alternative thérapeutique a été développée par un cardiologue interventionnel, le professeur A. Cribier de Rouen. S'inspirant des techniques de cathétérisme cardiaque,  il a inventé un système de stent valvé monté sur un cathéter ballon que l'on peut amener au niveau de la valve aortique défectueuse en remontant le trajet de l'aorte au départ de l'artère fémorale.
Cette technique permet de remplacer la valve aortique des patients âgés et/ou à haut risque chirurgical sans ouvrir le thorax, sans arrêt circulatoire et sans anesthésie générale.  



Cette intervention nécessite une hospitalisation d'une semaine. Des examens d'échocardiographie, de radiographie du thorax et d'électrocardiogramme seront réalisés. Certains médicaments pourront être modifiés pour préparer l'implantation de la prothèse valvulaire aortique.
Le jour de l'examen, votre patient devra rester à jeun durant les 6 heures qui précèdent la procédure. L'infirmière de l'unité de soins rase les plis inguinaux (endroit de ponction). Une perfusion intraveineuse est placée au niveau du bras.

COMMENT SE DEROULE LA PROCEDURE ?


L'examen est réalisé en salle de cathétérisme cardiaque. L'appareillage constitué d'amplificateurs de rayons X et de moniteurs de surveillance hémodynamique, pourra paraître impressionnant. Le médecin respecte les mêmes règles de stérilité qu'au bloc opératoire, vu l'introduction de matériel stérile dans les artères.
Votre patient sera allongé sur la table d'examen et recouvert d'un drap stérile; il recevra une injection de médicaments visant à l'endormir légèrement, des antibiotiques ainsi que des anticoagulants.
Pour réaliser l'examen, plusieurs cathéters seront introduits dans les deux artères fémorales (droite et gauche) au niveau du pli de l'aine.
Après avoir anesthésié l'endroit, le médecin place un introducteur permettant le passage du cathéter composé de la valve cardiaque.
Un produit à base d'iode sera employé afin de visualiser l'aorte, la valve aortique et les artères.
Au moment du déploiement du stent dans la valve aortique, votre patient pourra ressentir des palpitations qui sont dues à la procédure et qui sont contrôlées par le médecin.
N'oubliez pas de signaler toute allergie aux médicaments ou autres produits (iode, aspirine, antibiotique...).
Un bref séjour en unité de soins intensifs (24 heures) sera nécessaire afin de surveiller votre patient au mieux.


A QUOI FAUT-IL FAIRE ATTENTION APRES CE TYPE DE PROCEDURE ?


Dès le lendemain du remplacement valvulaire aortique par voie fémorale, votre patient remontera dans sa chambre.
Un monitoring de surveillance de son rythme cardiaque sera maintenu jusqu'au jour de sa sortie de l'hôpital.
Le surlendemain, votre patient marchera dans le couloir de l'unité d'hospitalisation avec l'aide d'un kinésithérapeute.
Le pli de l'aine peut rester enflé voire douloureux quelques jours.
Votre patient devra prendre de l'aspirine à vie et devra se protéger par antibiotiques lors d'une infection pour éviter les dépôts de bactéries au niveau de la prothèse.
Enfin, après un contrôle d'échographie, de radiographie du thorax et d'électrocardiogramme, il pourra rentrer à domicile.
Un suivi en consultation avec échocardiographie doit être réalisé régulièrement afin de s'assurer du bon fonctionnement de la prothèse valvulaire aortique.

Si vous souhaitez de plus amples informations, parlez-en à à un cardiologue !


Contact :
Professeur Joëlle Kefer
joelle.kefer@uclouvain.be