Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PATIENT


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


La recherche médicale

Si vous désirez soutenir ces projets, vous pourrez trouver plus d'informations sur le site de la Fondation Saint-Luc sur:
http://www.fondationsaintluc.be


Un continuum orienté vers le patient

Grâce à vous, la Fondation Saint-Luc pourra apporter son soutien au développement d'une plateforme expérimentale dédiée aux maladies cardiovasculaires. Parce que les meilleurs traitements proposés aujourd'hui étaient encore dans les laboratoires il y a à peine dix ou quinze ans. Parce que la science progresse, que les techniques évoluent et que tout va très vite; dans le domaine cardiovasculaire, c'est encore plus fulgurant. Ce "trend" répond à un réel besoin de la population: l'espérance de vie ne cesse de s'allonger dans les pays occidentaux. Le Dr Alain Poncelet, chirurgien cardiovasculaire à Saint-Luc, nous explique en quoi consiste ce vaste projet qui regroupe quatre volets dans le domaine de la cardiologie. Le domaine de la pathologie cardiovasculaire ne cesse d'évoluer... La chirurgie cardiaque a connu au fil de ces dernières années de nombreuses innovations; je pense à la mise au point des dispositifs de circulation extra-corporelle, à la possibilité de réparer des malformations congénitales, de remplacer des valves cardiaques déficientes, d'implanter des coeurs artificiels, ou encore de transplanter des coeurs. Ces innovations ne tombent pas du ciel: elles sont le fruit d'un long processus de développement. Aujourd'hui, le rythme de ces innovations va en s'accélérant, l'objectif étant de répondre à un besoin bien réel de la population qui vieillit. Avec comme conséquence, un nombre croissant de maladies cardiaques: maladie coronarienne, maladie valvulaire et insuffisance cardiaque. En d'autres termes, de nombreux défis à relever pour les spécialistes.

Quel rôle Saint-Luc peut-il jouer ?

Jusqu'à présent, les Cliniques ont été brillantes dans de nombreux domaines. L'Institution doit rester une référence et pour y parvenir, nous devons être à la pointe.

Comment ?

Rester sur le devant de la scène au niveau de la recherche signifie qu'il faut pouvoir développer de nouvelles technologies ou de nouvelles molécules en phase pré-clinique. Cette étape est aujourd'hui indispensable. C'est le meilleur tremplin que nous puissions avoir afin de bénéficier de l'acquis et passer en douceur à l'application en clinique humaine. Les fonds qui, nous l'espérons, seront alloués par la Fondation Saint-Luc nous permettront de réaliser ces étapes.

Que voulez-vous faire exactement?

cardioNous souhaitons créer une plateforme expérimentale qui sera commune à différents projets de recherche menés dans le domaine cardiovasculaire. Le plateau disposera d'un équipement spécifique à la cardiologie et à la chirurgie cardiaque. Il servira dans un premier temps à la bonne réalisation de quatre volets de recherche: l'un porte sur les artères coronaires (Drs D. Glineur et C. Hanet), un autre sur la transplantation cellulaire (Dr A Poncelet), l'autre sur les valves cardiaques (Dr P. Astarci) et enfin un thème portera sur l'ischémie-reperfusion des greffons cardiaques (Dr O. Van Caenegem). La salle d'expérimentation disposera d'un système de radioscopie mobile (rayons permettant de localiser les instruments dans le corps), d'un matériel de protection contre les rayons, de dispositifs spécifiques mesurant les différents paramètres cardiaques, de sondes et senseurs électroniques permettant l'analyse des données, d'un débitmètre (mesurer la vitesse du flux sanguin), d'un système de circulation extra corporelle, etc. Un laboratoire de chirurgie expérimentale existe déjà à l'UCL. L'idée est d'y développer en harmonie une structure plus spécifique pour les pathologies cardiovasculaires. Les équipements coûtent cher, c'est pourquoi une mise en commun des moyens autour des différents projets est judicieuse.

cardio

Alain Poncelet, chirurgien cardiovasculaire.
La recherche ? C'est une activité passionnante pour différentes raisons: combler une certaine curiosité intellectuelle, participer à la médecine de demain, afin d'enrichir notre activité professionnelle médicale journalière 'clinique'. En effet, une fois au 'sommet de la maîtrise et de la formation technique', qui est acquise en chirurgie en général au cours de la cinquième décade (40 - 50 ans), chacun pourrait se lasser du caractère répétitif des gestes chirurgicaux. La recherche, elle, est en perpétuelle mutation et demande une adaptation constante. La recherche, c'est également le fondement de base d'une pratique universitaire digne de ce nom. L'important est de pouvoir mener ce type de projet dans une infrastructure de qualité, disposant de moyens en termes de personnels et de finances avec en filigrane une bonne organisation du laboratoire et un souci de communication. Sans oublier l'application pratique nécessaire pour maintenir un niveau d'intérêt élevé...

Alain Poncelet, chirurgien cardiovasculaire.

 

DETAILS FINANCIERS DU PROJET 4

Système de radiographie et fluoroscopie digitalisée 300.000 €
Appareil d'échographie cardiaque 150.000 €
Débitmètre autocalibré à ultrasons pour la mesure continue du débit sanguin 43.000 €
Circuit de circulation extra-corporelle et console 37.500 €
Système de navigation éléctrophysiologique intracardiaque (leasing) 30.000 €
Appareil de monitoring cardiaque, pulmonaire et vasculaire non invasif 10.000 €
Stabilisateur cardiaque 8.000 €
Pace Maker temporaire 5.400 €
Le montant minimum que le Conseil scientifique souhaiterait voir attribué: 250.000 €, à quoi il faut rajouter le leasing de la radioscopie


Expérimenter de nouvelles voies
La plateforme expérimentale sera commune aux projets de recherche menés dans le domaine cardiovasculaire

Implantation de valves cardiaques

Si vous désirez soutenir ces projets, vous pourrez trouver plus d'informations sur le site de la Fondation Saint-Luc sur:
http://www.fondationsaintluc.be


L'ère de la chirurgie mini-invasive ne fait que commencer

cardioDans certaines maladies du coeur, ce sont les valves cardiaques qui ne fonctionnent plus. Déficientes, calcifiées, obstruant l'orifice, elles doivent être remplacées. Grâce au développement de la chirurgie cardiaque et notamment de la chirurgie valvulaire, cette intervention est couramment pratiquée aujourd'hui, c'est d'ailleurs un domaine d'excellence aux Cliniques universitaires Saint-Luc. La technique a progressé, la chirurgie mini-invasive s'est développée et plus récemment, une avancée très importante a vu le jour avec la pratique d'une chirurgie valvulaire percutanée. Il s'agit d'opérer le patient sans circulation extracorporelle et sans arrêter le coeur. Le chirurgien introduit la valve repliée autour d'un ballonnet spécifique, soit via une ponction directe du coeur, soit au bout d'un cathéter qui est ensuite conduit jusqu'au coeur par l'artère fémorale. Une fois à bon port, la valve se dilate grâce à un ballonnet placé à l'intérieur et s'ouvre comme un parapluie, écrasant l'ancienne valve malade.
A Saint-Luc, une dizaine de patients ont pu profiter de cette technique. Celle-ci doit encore être affinée. "Pour l'instant, la nouvelle valve est placée à travers l'ancienne valve", indique le Dr Parla Astarci, chirurgien cardiovasculaire en charge de ce projet. "A l'avenir, et c'est principalement sur ce point que portera le projet de recherche qui, nous l'espérons, sera soutenu par la Fondation Saint-Luc, une méthode sera mise au point afin de pouvoir retirer la valve déficiente et ne laisser sur place que le nouveau dispositif".

cardioEviter l'infarctus
Contrôler le suivi des pontages coronariens

La revascularisation myocardique chirurgicale reste, le meilleur traitement pour les patients atteints d'une maladie affectant une des trois grandes artères du coeur. La chirurgie réalisée à l'aide d'artères a démontré sa supériorité par rapport à une chirurgie de pontage effectuée à l'aide de greffons veineux. Mais, en cas de rétrécissements importants (60 et 80%) sur les artères coronaires, on remarque des compétitions de flux entre le réseau sanguin natif et le sang amené par le greffon artériel.

La recherche soutenue par la Fondation Saint-Luc permettra, d'identifier, sur gros animal, le degré minimum de rétrécissement d'une artère coronaire entraînant ce type de compétition de flux. L'aide de la Fondation servira à l'obtention d'un matériel de radioscopie et de mesure de débit pour vérifier le bon fonctionnement des artères mammaires et le corréler avec le degré de rétrécissement induit.
Ce projet est mené par le Dr David Glineur, chirurgien cardiovasculaire.

Thérapie cellulaire
Réparer le coeur avec de nouvelles cellules ?

Les maladies cardiaques telles l'infarctus du myocarde et l'insuffisance cardiaque congestive sont des problèmes majeurs de santé publique. Des progrès ont certes été réalisés dans les domaines de la prévention ou du maintien d'une certaine qualité de vie chez les patients atteints par ce type de maladie. Mais, au-delà de la greffe cardiaque, aucune méthode établie de régénération structurelle et fonctionnelle des tissus cardiaques n'est, à ce jour, disponible.

Les voies les plus prometteuses pour la régénération du tissu cardiaque reposent sur les cellules souches et leur plasticité. Cependant, les modèles proposés actuellement posent encore de nombreuses questions (type de cellules, nombre et moment de la transplantation cellulaire, etc.). Les recherches se dirigent donc vers l'utilisation de cellules souches dites allogéniques provenant non pas du patient lui-même, mais d'un autre sujet sain. Véritable réservoir, la moelle osseuse est une source intéressante de cellules qui peuvent influer sur la régénération du tissu cardiaque. Les cellules issues de la moelle osseuse (d'origine médullaire) peuvent aussi s'implanter à proximité des lésions et favoriser la réparation cardiaque par la sécrétion d'une substance spécifique.

cardio

Ce projet de recherche, initié en 2002 et soutenu par le FNRS, vise à étudier les réactions immunologiques après transplantation au sein du tissu cardiaque (siège de l'implantation des cellules souches d'origine médullaire) ainsi que les bénéfices fonctionnels obtenus au niveau du myocarde malade.
Ce projet est mené par le Pr Alain Poncelet, chirurgien cardiovasculaire.

Transplantation cardiaque
Mieux préserver ou réanimer les greffons cardiaques

cardiocardioLa transplantation cardiaque reste une option d'actualité pour les patients en insuffisance cardiaque terminale. Le nombre de transplantations est cependant limité. En cause: le manque d'organes disponibles. L'étude soutenue par la Fondation Saint-Luc contribuera à augmenter la proportion de greffons. Ce projet a également pour but d'améliorer les résultats de la greffe cardiaque grâce à une meilleure conservation des greffons durant le prélèvement. Dans le futur, ces progrès permettront de greffer des organes de donneurs dits "marginaux" (donneurs âgés, donneurs à coeur arrêté...) qui actuellement ne sont pas acceptés pour la transplantation. Actuellement, les chercheurs testent (sur modèle animal) la faisabilité et l'éventuelle supériorité d'une technique de préservation des coeurs prélevés par perfusion continue. Cette technique sera comparée à la méthode actuelle de préservation sur glace en étudiant le métabolisme et les performances du muscle cardiaque.
Ce projet est mené par le Dr Olivier Van Caenegem, intensiviste.

 

Recherche

L'unité d'hospitalisation participe à de nombreux projets de recherche et permet au patient de bénéficier des derniers progrès réalisés dans le domaine cardiovasculaire. Il est évident que le patient reste entièrement libre face à la décision de faire partie du protocole d'étude qui lui est proposé. Tous les protocoles d'étude sont soumis au préalable pour accord au comité d'éthique médicale et ne sont mis en route qu'avec son accord.

 

Si vous désirez soutenir ces projets, vous pourrez trouver plus d'informations sur le site de la Fondation Saint-Luc sur:
http://www.fondationsaintluc.be

 


Lien :

recherches de l'Unité de pathologie cardio-vasculaire (CARD)

http://www.fondationsaintluc.be