Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PATIENT


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


Pacemaker/Defibrillateur

 

Indications d'un pacemaker :

Le pacemaker est indiqué pour les patients qui présentent des symptômes (syncopes, vertiges, fatigue, intolérance à l'effort etc) et des anomalies electrocardiographiques telles qu'une maladie du noeud sinusal ou un trouble de conduction significative.

 


Indications d'un défibrillateur  implantable :

Un défibrillateur peut être implanté en prévention secondaire chez des patients qui ont présenté une tachycardie ventriculaire ou une fibrillation ventriculaire.

Chez certains patients souffrant de maladies cardiaques congénitales ou acquises, une implantation peut être nécessaire en prévention primaire pour les protéger de trouble du rythme ventriculaire potentiellement dangereux.

 

Avant l'intervention :

Le cardiologue complétera le dossier médical et toute allergie sera mentionnée.
Examens complémentaires réalisés avant l'intervention :

  1. Une prise de sang
  2. Un électrocardiogramme
  3. Une radiographie du thorax si nécessaire.

Avant l'intervention, votre patient devra être à jeun. Un bracelet de chirurgie lui sera placé.
Afin de réduire le risque d'infection, on lui demandera de prendre une douche au savon antiseptique.

 

Comment place-t-on un pacemaker ou un défibrillateur ?

Une incision est faite en dessous d'une des deux clavicules après une anesthésie locale, la où les sondes sont introduites soit après dénudation d'une veine céphalique soit après ponction de la veine sous-clavière. Elles sont poussées dans le réseau veineux et la progression de leur extrémité est suivie par un appareil de scopie. Elles sont placées dans leur cavité cardiaque respective. La sonde ventriculaire droite est positionnée traditionnellement à la pointe de ce dernier. Elle peut être placée également au niveau du septum. La sonde auriculaire est positionnée soit dans l'auricule, soit dans la paroi latérale droite ou le septum inter auriculaire.
Le bon positionnement est vérifié par la scopie et par la mesure du seuil de stimulation (énergie électrique minimale transmise à la sonde et provoquant une contraction du muscle cardiaque), du seuil de détection (mesure de l'activité électrique du cœur par l'intermédiaire de cette sonde) et de l'impédance de la sonde.
Les sondes sont alors reliées au boîtier qui est introduit dans une poche confectionnée sous la peau dans la région sous-claviculaire, ou plus rarement sous le muscle pectoral. La peau est ensuite recousue.
L'intervention dure environ une heure mais peut se prolonger en fonction de difficultés rencontrées par le chirurgien liées à l'anatomie de chacun. L'implantation d'un pacemaker et de ses 3 sondes avec mise en place d'une électrode de resynchronisation dans le sinus coronaire est plus délicate et peut durer parfois plus de 2 heures.

La durée d'hospitalisation moyenne pour ce type de procédure varie entre 24 et 48 heures.
Lorsqu'il s'agit seulement de changer le boîtier, l'intervention est plus rapide car les sondes restent en place.

Les précautions à prendre après l'implantation d'un pacemaker ou d'un défibrillateur:

Au point de vue de la plaie chirurgicale :

  • Celle-ci doit restée propre et sèche pendant 15 jours. Il sera indispensable d'éviter le bain et la douche durant cette période. Un pansement sec avec de la Chlorexidine aqueuse ou de l'Isobétadine dermique.
  • Dans un premier temps, il sera important de ne pas exposer la cicatrice au soleil ou de veiller à mettre de la crème solaire type ‘écran total' si c'est la cas.
  • Les fils placés pour refermer la plaie sont résorbables, il ne faudra donc pas les retirer.
  • Si la plaie est douloureuse et/ou rouge et/ou qu'il y a un écoulement. Votre patient ne devra pas hésiter à consulter son médecin traitant ou son cardiologue.

Au point de vue mobilisation :

  • Le lever autorisé 4 heures après la fin de l'examen étant donné que c'est une ponction veineuse.
  • Il sera important de ne pas mobiliser de façon extensive le bras situé du côté de l'appareil pendant au moins 1 mois. Durant les premières 24h le bras sera en écharpe pour éviter mobilisation précoce des sondes.
  • De même, il sera important de ne pas porter  des charges lourdes avec le bras situé du côté de l'appareil.

Au point de vue du contrôle médical:

  • Une radio de thorax sera réalisée pour vérifier le positionnement des sondes
  • Première visite : 1 à 2 mois après l'implantation chez son cardiologue ou à Saint-Luc.
  • Ensuite : une visite tous les 6 mois sera nécessaire pour réaliser un électrocardiogramme et pour contrôler le fonctionnement du boitier, des sondes et de la batterie du pacemaker.

 

Quelques conseils pratiques pour votre vie au quotidien avec votre pacemaker ou votre défibrillateur :

De manière générale, il y a peu de précautions à prendre. Cependant, il faut prendre garde aux interférences électromagnétiques.

  • Une carte d'identité de l'appareil lui a été délivrée lors du premier contrôle.
    Elle doit toujours accompagner la carte d'identité personnelle de votre patient car elle permet d'identifier son pacemaker ou défibrillateur si un autre cardiologue doit un jour le contrôler.
  • Votre patient peut voyager avec son appareil ! Cependant, dans un aéroport, il sera important  qu'il présente  sa carte de porteur d'un stimulateur cardiaque. Il ne peut pas passer les portiques de sécurité. Le passage lui sera épargné afin que ce champ magnétique ne dérègle pas les paramètres de son pacemaker. C'est pour cette raison, qu'il ne faudra pas approcher un aimant près de son pacemaker.
  • De même, la réalisation d'une radio ou d'un scanner ne pose pas de problème, mais celle d'une IRM –RMN (résonance magnétique) nucléaire est formellement contre-indiquée, la radiothérapie également.
  • Des précautions sont également indispensables dans le domaine médical: il faut prévenir l'anesthésiste et le chirurgien  en cas d'utilisation d'un bistouri électrique, ce qui peut déprogrammer le stimulateur. De même le choc électrique du défibrillateur est à risque.
  • De même, il est conseillé d'éviter la proximité des plaques de chauffage à induction à moins de 50 cm d'un stimulateur car il y a un risque d'inhibition du stimulateur, ou la pratique de la soudure à l'arc.
  • Il est préférable de tenir le téléphone portable à distance du pacemaker. Votre patient utilisera l'oreille opposée par rapport au stimulateur et ne surtout pas placer le téléphone près du stimulateur (dans la poche de la chemise par exemple).
  • Il est également conseillé de ne pas s'exposer trop au soleil. Les risques de brûlures sont augmentés par la présence d'une masse métallique pouvant stocker la chaleur sous la peau.
  • L'usage du four à micro-ondes n'est absolument pas dangereux.
  • Votre patient ne devra s'éterniser au milieu des portiques de magasin.

Le principal conseil est cependant d'ordre médical. La première précaution à prendre est un bon suivi médical. C'est-à-dire un suivi régulier : tous les trois ou six mois.