Cliniques universitaires Saint-Luc
Accueil | Qui sommes-nous ? | Contactez-nous | Mécénats | Téléphones utiles PATIENT


Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc Département cardiovasculaire des Cliniques universitaires Saint-Luc

 


Les différents troubles du rythme cardiaque


Les troubles du rythme cardiaque ou arythmies sont une famille de maladies cardiaques.
• Un rythme sinusal correspond au rythme cardiaque normal, c'est-à-dire piloté par le noeud sinusal avec conservation de la séquence «contraction des oreillettes »-« contraction des ventricules ».
• Un trouble du rythme correspond donc à un rythme cardiaque non sinusal. On parle de tachycardie lorsque la fréquence cardiaque est rapide; et de bradycardie lorsque la fréquence cardiaque est lente.

A noter qu'il n'y a pas de norme de la fréquence cardiaque. Celle-ci varie en permanence suivant l'heure de la journée, l'activité, l'état émotionnel, certains médicaments. La fréquence cardiaque ne devient anormale que lorsqu'elle n'est plus régulière ou responsable d'une gêne ou de symptômes.
• La tachycardie : le rythme cardiaque est plus rapide que la normale,
• La bradycardie: le rythme cardiaque est trop lent par rapport à une situation donnée.


Symptômes :

•  Palpitations, vertiges, asthénie - fatigue, essoufflement inhabituel
•  Perte de connaissance
•  Palpitations avec sensation de choc dans la poitrine ou de raté suivi d'une impression   
désagréable de pause dans le rythme cardiaque.
•  Angor (prolongé ou non)
•  Lipothymie, malaise mal défini, chute
•  Troubles de la conscience
•  Mort subite

Notons toutefois qu'un trouble du rythme peut être asymptomatique

Comment confirmer un trouble du rythme?

Electocardiogramme (ECG)

•  Il n'est contributif en règle générale que si le trouble du rythme est permanent ou s'il est fait
par chance durant l'épisode d'arythmie
•  Il apporte des informations sur les éventuelles maladies cardiaques sous-jacentes (atteinte
des coronaires, hypertrophie ventriculaire,...).

Holter ECG

• Examen dont la rentabilité dépend de la fréquence des épisodes d'arythmie
• Il permet de:
o détecter des arythmies paroxystiques et non perçues par le patient
o faire une estimation du nombre d'extrasystoles
o visualiser d'autres anomalies sur l'ECG durant des épisodes de palpitations ou des  
malaises

 

Epreuve d'effort

Éventuellement utile pour démasquer les troubles du rythme survenant (ou aggravés) à l'effort.


Explorations électro-physiologiques

On enregistre directement l'activité électrique cardiaque en montant une ou plusieurs électrodes au niveau du coeur.


Un rythme cardiaque rapide (tachycardie):

Une tachycardie correspond à un rythme cardiaque plus rapide que la normale.
Le caractère « anormal » d'une tachycardie ne peut être jugé que par un médecin.
Une tachycardie peut parfois révéler ou être associé à un trouble du rythme.

Types de trouble du rythme:


Les troubles du rythme supra ventriculaires

• Lors de tachycardie sinusale, l
Le rythme cardiaque normal oscille normalement autour de 50 battements par minute pour un adulte. On parle de tachycardie si le coeur bat plus de 100 fois par minutes.
• La fibrillation auriculaire est le plus fréquent des troubles du rythme cardiaque. Elle correspond à une désorganisation de l'activité électrique au niveau des oreillettes cardiaques, ce qui entraîne une fréquence irrégulière et parfois rapide du coeur. Elle peut se compliquer d'accident thrombo-embolique comme une thrombose cérébrale.
• La tachycardie auriculaire est la conséquence d'un foyer de dépolarisation anormal, ectopique (hors du noeud sinusal), qui se dépolarise de façon autonome et régulière.
• Le flutter auriculaire est un trouble du rythme supra ventriculaire responsable d'une tachycardie régulière. Il est caractérisé par un aspect bien particulier de la ligne de base sur l'électrocardiogramme (en “dents de scie” ou en “toit d'usine”).
• L'extrasystole auriculaire est un trouble du rythme cardiaque correspondant à une contraction prématurée de l'oreillette.
• Le syndrome de Wolff Parkinson White est une anomalie congénitale du circuit électrique du coeur correspondant à une voie de conduction auriculo-ventriculaire supplémentaire, appelée faisceau de Kent. Cette voie accessoire permet une communication électrique anormale entre les oreillettes et les ventricules cardiaques. Cette voie accessoire va, dans certaines circonstances, «court-circuiter » le noeud auriculo-ventriculaire, aboutissant à une dépolarisation prématurée du ventricule et dans certaines situations provoquer un trouble du rythme par réentrée. Il existe plusieurs traitements possibles, de la prescription de médicaments antiarythmiques à l'ablation endovasculaire de cette voie accessoire.
• La tachycardie par réentrée nodale ou maladie de Bouveret, correspond à des crises de tachycardies se manifestant par des palpitations à débuts et à fins brusques liés à la présence d'une double voie de conduction au niveau du noeud auriculo-ventriculaire. Il existe plusieurs traitements possibles, les manoeuvres de Valsalva pouvant interrompre une crise, la prescription de médicaments antiarythmiques ou l'ablation endovasculaire.

Les troubles du rythme ventriculaires

• La tachycardie ventriculaire
est un trouble du rythme cardiaque secondaire à une activation non contrôlée des ventricules cardiaques.
Sa dangerosité est due à sa mauvaise tolérance et au risque d'arrêt cardiaque suite à une fibrillation ventriculaire.
• La fibrillation ventriculaire est un trouble du rythme cardiaque correspondant à la contraction rapide, désorganisée et inefficace des ventricules cardiaques. Lors de cette arythmie, la perte de conscience est généralement immédiate. C'est une cause, sinon la principale cause d'arrêt cardiaque et de mort subite. Sans intervention médicale spécialisée, la mort survient en quelques minutes.
• L'extrasystole ventriculaire est un trouble du rythme cardiaque correspondant à une contraction prématurée d'un ventricule.
• La torsade de pointe est un tracé de tachycardie ventriculaire à présentation particulière, les complexes QRS ont une amplitude et une polarité variables (forme sinusoïdale).

 

Un rythme cardiaque lent (bradycardie)
Une bradycardie se caractérise par un rythme cardiaque trop bas par rapport à la normale. Elle s'oppose à la tachycardie (rythme cardiaque trop rapide)
Le caractère «pathologique » de cette bradycardie ne peut être attesté que par un médecin. Le rythme cardiaque au repos habituel se situe chez l'adulte entre 50 (sportif pratiquant l'endurance) et 80 pulsations par minute, mais il peut être modifié par de multiples facteurs, la plupart non cardiaques : anxiété, alimentation, activité sportive (les grands sportifs ont une hypertrophie cardiaque, leur rythme au repos est plus bas), etc.

Chez un sportif entraîné en endurance (cycliste, coureur de fond, etc.), la fréquence cardiaque peut être proche de 30 battements par minute sans que cela soit anormal.

Pour le reste de la population, on parle de bradycardie lorsque le rythme cardiaque est inférieur à 50 battements par minute.

En pathologie, la bradycardie peut être révélatrice d'un trouble de la conduction cardiaque (maladie de l'oreillette, trouble de conduction auriculo-ventriculaire), plus rarement d'un trouble du rythme cardiaque. Elle peut dans certaines conditions être une indication d'implantation de pacemaker.